La mère divine en Inde

L’Inde est un pays où la Déesse-Mère (Amba) est vénérée avec une grande ferveur et une sincère dévotion. De tout temps, il y a eu une glorification lyrique de la Déesse-Mère. Et cela a imprégné pratiquement toutes les écoles spirituelles de ce vaste pays où les mouvements religieux foisonnent. Et l’on célèbre encore des rites privés dédiés à la Mère Divine, sous divers noms, dans de nombreuses demeures.

L’Inde est un pays où la Déesse-Mère (Amba) est vénérée avec une grande ferveur et une sincère dévotion. De tout temps, il y a eu une glorification lyrique de la Déesse-Mère. Et cela a imprégné pratiquement toutes les écoles spirituelles de ce vaste pays où les mouvements religieux foisonnent. Et l’on célèbre encore des rites privés dédiés à la Mère Divine, sous divers noms, dans de nombreuses demeures.

Dieu est perçu comme étant à la fois avec et sans forme. Pour certaines philosophies, Dieu demeure un absolu infini, transcendant : Brahman ; et pour d’autres philosophies, Dieu vient s’incarner dans des personnes humaines : les avatars.

Dieu est pour certains au-dessus et au-delà de tout, mais aussi, pour d’autres, se manifeste au sein de toutes les formes de la Création. Et une des formes les plus anciennes est celle de la déesse. Il paraîtrait que son culte précèderait la religion védique (environ 2000 ans avant notre ère).

Les invasions du pays par des peuplades patriarcales n’ont pas fait disparaître les cultes locaux de la déesse-mère. Au contraire, il y a eu une synthèse féconde. On connaît aujourd’hui le Shivaïsme et le Tantrisme qui sont des religions centrées sur la Mère Divine Durga et Shakti, en tant qu’énergie créatrice ou énergie primordiale, avec leurs mythes, leurs rituels, leurs théologies, leurs livres sacrés tels les Devi-Bhagavan et Shandi-Mahatmya.

Le Rig-Véda, écriture sacrée très ancienne, mentionne plusieurs fois la Mère Divine : « Je suis l’intelligence et l’omniscience ! Je suis Une, mais par Mes pouvoirs, je semble être multiple ! Grâce à Moi, on absorbe la nourriture, on respire, on discerne, on entend, on parle. Sans le comprendre, tout réside en Moi ! »

« Nul ne conteste son éminence et son pouvoir et les adorateurs de tous les dieux ne manquent pas de l’adorer sous l’un ou l’autre de ses multiples noms. »

                                                                                                                           Alexandra David-Neel

Les mots «Mère Divine» évoquent spontanément l’aspect féminin, doux, protecteur, nourricier de Dieu. Mais en Inde, la Mère Divine recoupe un concept métaphysique très complexe et une dévotion très répandue.

« Déesse, ô productrice de toute faveur, rayonne immortelle, dans ton char d’heureuse lumière, émettant les voix charmantes
de la Vérité. »

                                                                                                                                              Rig Veda

La Mère Divine se retrouve à plusieurs niveaux. Elle peut être une déesse locale liée à un village, elle peut être la consœur d’un dieu hindou, elle peut être aussi bien la Mère qui console et protège (Mata) que l’Être suprême, la Mahadevi, le Paratman.

Ainsi la Déesse-mère en tant que Mahadevi (la grande déesse) se trouve assimilée au Soi, donc au Brahman, l’Un ultime ; mais simultanément elle se trouve être aussi l’aspect le plus intime que revêt Dieu pour nous atteindre, telle une mère biologique, elle est alors appelée Mata.

Il existe des hymnes et une littérature récente avec des accents de dévotion émotionnelle analogues à ceux que l’on retrouve dans le Krishnaïsme.

La mythologie indienne a un panthéon très vaste. Chaque dieu de l’hindouisme est accompagné d’une Shakti (ou plusieurs), qui représente sa puissance de manifestation. Shiva-Shakti ; Radha- Krishna ; Rama-Sita ; Brahma-Sarasvati...
Et de nombreux maîtres spirituels masculins ont leur complément féminin appelé Mère Divine. Tels : Sri Aurobindo - Douce Mère Swami Ramdas - Ma Krishnabai; Ramakrishna - Sarada Devi.

La Mère Divine se manifeste en ce monde comme une femme, mais aussi comme un homme, car sa transcendance se trouve au-delà des genres. Mais c’est tout de même plutôt comme une femme qu’elle va toucher les cœurs des humains.

L’adoration de la Mère Divine est si bien établie par la tradition, en Inde, que le respect de la mère humaine marque déjà une sorte d’adoration de la Mère Divine. Ainsi la Mère Divine n’est pas seulement un symbole de Dieu dans le monde, mais également un symbole de la femme, de la mère. De nombreuses histoires mythologiques racontent la majesté et la tendresse d’une mère.

En même temps, la Mère Divine en Inde représente beaucoup plus que l’aspect féminin de Dieu. Elle transcende la dualité masculin/féminin. Elle représente la matrice (Para-Prakriti) de laquelle tout notre univers est sorti, ainsi que l’énergie créatrice (Para-Shakti) qui engendra l’univers. Toute manifestation, toute force, tient par elle son origine.

«Brahma et les autres ne connaissent pas son essence; aussi est-elle appelée l’Inconnaissable... Elle seule est présente partout, c’est pourquoi elle est appelée : l’Une. Elle seule revêt toutes les formes, c’est pourquoi elle est appelée la Multiple... »

                                                                                                                                   Arthava Upanishad


Comme le dit aussi Sri Aurobindo, «La Mère est Une, mais elle se présente à nous sous des aspects différents; elle a beaucoup d’émanations, de pouvoirs et de personnalités »

Elle est à la fois la Shakti (la puissance agissante), et la douce mère protectrice. Elle est adorée comme la Conscience- Force divine qui domine toute l’existence, unique et pourtant si multiple. Elle est bien au-dessus de toutes ses créations. Mais quelque chose d’elle peut être vu et senti à travers ses personnifications, dans lesquelles elle consent à se manifester à ses créatures.

Elle est unique et cependant pouvant emprunter plusieurs formes et même se vêtir de différentes personnalités. La tradition indienne est très colorée. Et dans ses personnifications, il ne faudrait pas la limiter seulement au côté yin, doux, maternant. Elle peut aussi présenter la puissance brute.

En effet on pourra être étonné de voir la figure de Kali, qui n’est pas du tout la mère protectrice, mais la destructrice. Il est très important de comprendre qu’en Inde, le monde est régi par trois grands dynamismes divins : Création, Préservation et Destruction. La destruction ne doit pas être comprise comme négative, mais comme le préalable nécessaire pour une nouvelle création.

Donc dans la riche pensée de l’Inde, la Mère Divine représente la Conscience qui est à l’Origine de tout, donc de ce monde. Et cette conscience est Énergie créatrice ! Elle est la Déesse absolue, l’Inconnaissable cause, à la fois génératrice et destructrice des mondes. De nombreux traités contiennent des contes, des concepts et des allégories par lesquelles les penseurs ont essayé de la décrire.

 

 

 Patrick Vigneau

 

Si cet extrait vous a intéressé,
vous pouvez en lire plus
en cliquant sur l'icone ci-dessous

Sur les pas de la Mère diviine

 

 

La mère divine en Inde | Signes et Sens - Communiqué de presse

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.