Le 10 septembre : Journée Mondiale de prévention du suicide

 


La Fondation FondaMental et SNCF lancent une Chaire d’excellence
sur la prévention des conduites suicidaires


Aujourd’hui en France, un décès par suicide survient toutes les 40 minutes et une tentative toutes les 4 minutes. Il est urgent d’agir pour enrayer ce problème majeur de santé publique.

A l’occasion de la Journée Mondiale de prévention du suicide, la Fondation FondaMental et SNCF rappellent l’importance de la recherche dans ce domaine et lancent la Chaire FondaMental de prévention des conduites suicidaires dirigée par le Pr Philippe Courtet, mondialement connu pour ses travaux sur les facteurs de risque des conduites suicidaires.

La création de cette Chaire d’excellence a pour ambition d’améliorer notre compréhension des mécanismes qui poussent au suicide pour mieux le prévenir.
Le suicide en France : une situation alarmante

Les conduites suicidaires sont à l’origine de plus de 10 000 décès par an et représentent la deuxième cause de mortalité des personnes de 15 à 44 ans. La France se situe au dessus de la moyenne européenne et occupe le 7e rang sur 28 pays européens.
Ce phénomène représente, au-delà de l’aspect humain, un impact économique important : les coûts directs associés aux suicides s’élèvent à 31 millions d’euros et ceux liés aux tentatives de suicide à 497 millions d’euros.

Face à cette situation, la Fondation FondaMental et SNCF lancent une Chaire d’excellence scientifique sur la prévention des conduites suicidaires, afin de mieux détecter le risque suicidaire d’un individu à un moment donné.

Comme le souligne Marion Leboyer, directrice de la Fondation FondaMental : « De multiples idées reçues et préjugés occultent l’importance de l’approche médicale et scientifique de ce problème de santé publique majeur. Or, la compréhension des mécanismes liés à l’acte suicidaire est une étape essentielle pour mettre en place des stratégies de prévention adaptées. Il y a urgence à soutenir davantage la recherche, levier indispensable à cette amélioration des connaissances ».

De son côté, Alain Krakovitch, Directeur général de SNCF Transilien se félicite : « SNCF a engagé depuis plusieurs années de nombreuses actions autour de la prévention santé, un thème cher à notre entreprise. En Ile de France tout particulièrement, malgré tous les dispositifs de surveillance existants, nous sommes confrontés à des actes réguliers de personnes désespérées sur nos lignes, qui génèrent souffrances morales et difficultés techniques. C’est donc tout naturellement que nous avons voulu nous associer à cette cause et à l’avancée de la recherche dans ce domaine».

Une Chaire pour mieux comprendre et donc mieux prévenir les conduites suicidaires
Les conduites suicidaires sont devenues un enjeu scientifique de premier plan. On sait aujourd’hui que seuls les individus porteurs d’une vulnérabilité spécifique réalisent un geste suicidaire lorsqu’ils sont soumis à des situations de stress et que presque tous les sujets concernés souffrent également d’un trouble psychiatrique ou de la personnalité.

Mais les seuls indices cliniques ne permettent pas de détecter précisément le risque suicidaire d’un individu à un moment donné. Les recherches menées au sein de la Fondation FondaMental visent à identifier les biomarqueurs du risque suicidaire et ainsi développer des stratégies diagnostiques et préventives.

L’équipe de psychiatrie du Pr Philippe Courtet (CHU de Montpellier, Inserm U1061 groupe « vulnérabilité aux conduites suicidaires »), est très impliquée dans l’identification de cette vulnérabilité suicidaire et dans la compréhension des mécanismes biologiques qui lui sont liés. Les travaux conduits par le Pr Courtet ont fait l’objet de plusieurs publications récentes1portant sur la compréhension des mécanismes physiopathologiques impliqués dans les conduites suicidaires. L'inflammation y occupe une place majeure.

Ces études proposent un nouveau modèle de compréhension des mécanismes impliqués dans les conduites suicidaires. Elles ont permis de démontrer que les facteurs de stress, comme les maladies psychiatriques ou les évènements de vie négatifs (en particulier le rejet ou l'isolement social), agiraient sur la vulnérabilité suicidaire, à travers une activation du processus inflammatoire dans certaines régions cérébrales. Ce phénomène s’accompagne d’une douleur psychologique insupportable expliquant le risque de suicide.

La Chaire FondaMental va permettre d’accélérer les travaux actuels et de développer trois axes de recherche essentiels à la mise en place d’une politique de prévention efficace :
-Comprendre la vulnérabilité suicidaire grâce à l’identification de facteurs prédictifs (cliniques, environnementaux, biologiques) qui permettront, à terme, de dépister les personnes à risque, d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques et de développer des stratégies de prévention adaptées.
> Améliorer le suivi du risque suicidaire grâce au développement d’outils connectés.
> Concevoir et tester l’efficacité d’un dispositif de soins innovant d’intervention au tour d’équipes mobiles qui interviennent auprès des patients suicidants (HAD-Psy-Suicide).
En étroite collaboration avec la Chaire d’Excellence, SNCF proposera un séminaire annuel à destination de son service médical sur la prévention des conduites suicidaires, et explorera la mise en œuvre concrète d’une action de prévention des conduites suicidaires de personnes externes sur ses emprises ferroviaires.

Une méthode de travail innovante centrée sur une cohorte de patients à haut risque suicidaire
1 000 patients présentant des idées suicidaires ou ayant fait une tentative de suicide seront recrutés dans 5 centres hospitaliers (CHRU de Montpellier, CHRU de Besançon, CHRU de Lille, HU Henri Mondor, CHRU de Brest) et suivis sur 12 mois.
Un psychiatre et un infirmier caractériseront la psychopathologie et les antécédents suicidaires dans le cadre d’une première visite. Une prise de sang sera réalisée à cette occasion, et reproposée régulièrement lors de ce suivi afin d’étudier l’évolution de certains biomarqueurs. Cette collection d’échantillons biologiques des patients de la cohorte fera l’objet d’analyses génomiques et biochimiques.

Les outils connectés permettent de conserver un contact régulier avec les patients, en dehors des consultations, et de bénéficier d’évaluations dans leur environnement.
Ainsi, les éléments recueillis par ces outils connectés permettront de constituer de très importantes bases de données qui seront analysées afin de produire des profils spécifiques de patients et de mettre en place des essais cliniques ou thérapeutiques.
En complément de ces outils de suivi, la Chaire a conçu un modèle d’intervention innovant : le prototype HAD-Psy-Suicide s’appuyant sur des équipes mobiles qui interviennent en cas de besoin. Des équipes mobiles ont déjà fait leur preuve dans d’autres domaines de psychiatrie.

Pour en savoir plus : www.fondation-fondamental.org

1 Etudes référentes
- Ducasse D, Olié E, Guillaume S, Artéro S, Courtet P. A meta-analysis of cytokines in suicidal behavior. Brain Behav Immun. 2015 May;46:203-11.
- Courtet P, Jaussent I, Genty C, Dupuy AM, Guillaume S, Ducasse D, Olié E. Increased CRP levels may be a trait marker of suicidal attempt. Eur Neuropsychopharmacol. 2015 May 21.
- Ducasse D, Jaussent I, Guillaume S, Azorin JM, Bellivier F, Belzeaux R, Bougerol T, Etain B, Gard S, Henry C, Kahn JP, Leboyer M, Loftus J, Passerieux C, Courtet PH, Olié E; FondaMental Advanced Centers of Expertise in Bipolar Disorders (FACE-BD) Collaborators. Increased risk of suicide attempt in bipolar patients with severe tobacco dependence. J Affect Disord. 2015 May 13;183:113-118.
- Courtet P, Giner L, Seneque M, Guillaume S, Olié E, Ducasse D. Neuroinflammation in suicide : toward a comprehensive model. World Journal of Biological Psychiatry, 2015 Jul 30:1-23.

Le 10 septembre : Journée Mondiale de prévention du suicide | Signes et Sens - Communiqué de presse

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.