Mars Bleu : Gustave Roussy lance une campagne de sensibilisation digitale et présente certaines avancées de la recherche

En France, le mois de mars est celui de la mobilisation contre le cancer colorectal, l’un des cancers les plus fréquents et les plus meurtriers mais qui, détecté à temps, se guérit dans 9 cas sur 10. A l’occasion de Mars Bleu, Gustave Roussy lance une campagne de sensibilisation digitale et présente certaines avancées de la recherche dans ce cancer.

marsbleu-gustaveroussy.fr : 31 clics pour s’informer sur le cancer colorectal

« Nous sommes tous à risque ! Le dépistage sauve des vies. C’est le moment de faire le test qui n’a jamais été aussi simple et performant », Pr Michel Ducreux, Chef du service d’oncologie digestive à Gustave Roussy.

Cette année, Gustave Roussy innove et lance une campagne de mobilisation digitale tout au long du mois de mars : 31 jours pour s’informer de manière claire et simple sur le cancer colorectal et sa prévention (conseils alimentaires, exercices physiques…), 31 clics pour découvrir les dernières innovations en matière de traitement et de soins, ou les dernières avancées de la recherche (chirurgie, immunothérapies, thérapies ciblées…), 31 raisons pour aussi se mobiliser et soutenir la recherche menée à Gustave Roussy

Réalisé par l’Institut, ce dispositif a bénéficié du soutien de Natixis et d’Adrea Mutuelle

Rendez-vous le 1er mars sur : http://marsbleu-gustaveroussy.fr

Ce mini-site sera complété par des événements à Gustave Roussy : informations, animations et conférences quotidiennes seront proposées aux patients et aux accompagnants dès le 1er mars : présentation et démonstration du Robot Da Vinci Xi dans le hall d’accueil, atelier cuisine animé par le chef Olivier Chaput… Programme disponible sur www.gustaveroussy.fr

L’immunothérapie se développe aussi dans le cancer colorectal

L’immunothérapie est actuellement l’une des voies de recherche les plus prometteuses en oncologie. L’immunothérapie consiste à stimuler par différents traitements le système immunitaire afin de lui permettre de combattre les cellules tumorales. Après le mélanome et le cancer du poumon, cette nouvelle voie thérapeutique commence à se développer en cancérologie digestive.

Initiée fin 2013, une étude de phase I (MEDI 4736) coordonnée par le Dr Christophe Massard, Chef du comité des essais précoces à Gustave Roussy, a permis d’évaluer une nouvelle immunothérapie anti-PD-L1, le durvalumab, chez 500 patients touchés par différents types de cancer (côlon, peau et poumon). « Ces traitements semblent très prometteurs pour certains types de cancers du côlon, mais aussi dans d’autres pathologies cancéreuses digestives » commente le Dr Christophe Massard.

Plusieurs autres essais d’immunothérapie sont en cours dans le Département de l’Innovation thérapeutique et des Essais Précoces (DITEP).

Délivrer l’immunothérapie directement dans les tumeurs

Stimuler localement la réponse immunitaire pour diminuer la taille des tumeurs est l’objectif d’ISILI, le nouvel essai que Gustave Roussy va lancer au 2ème semestre de cette année.

50% des patients atteints d’un cancer colorectal développent des métastases au niveau du foie. Le foie est le premier site de rechute tumorale. Le seul moyen de soigner ces malades est la chirurgie mais elle n’est réalisable que dans 15 à 20% des cas.

Une immunothérapie sera injectée directement dans les métastases du foie. L’injection sera pilotée et contrôlée par radiologie interventionnelle. Visionnez la vidéo explicative commentée par les médecins-chercheurs.

Ce procédé innovant permettra d’administrer le traitement à faible dose sans pour autant perdre de son efficacité. Le résultat attendu de cet essai est d’améliorer la réponse au traitement de ces patients, d’accroître leur opérabilité et leur survie tout en diminuant les effets secondaires.

1 : Le foie
2 : Métastases tumorales dans le foie
3 : Injection de faibles doses d’immunothérapie dans les métastases du foie permettant une activation du système immunitaire localement et à distance.
4 : Le système immunitaire attaque et tue les cellules tumorales

Promu par Gustave Roussy et coordonné par le Dr David Malka, Chef du comité de pathologie digestive, ISILI est un essai international de phase I. Prévu pour une durée totale de 3 ans et demie il inclura 69 patients atteints d’un cancer du côlon métastatique au niveau hépatique.

Adossé à cette étude, un projet de recherche coordonné par le Pr Laurence Zitvogel, le Dr Aurélien Marabelle et le Dr Judith Michels, visera à mieux connaître le profil immunitaire des patients afin de déterminer quels patients pourraient bénéficier de cette nouvelle prise en charge.

ISILI bénéficie du soutien de l’INCa et est financé par un Programme Hospitalier de Recherche Clinique (PHRC) et par la Fondation Cancer du Luxembourg.

A propos du cancer colorectal

Le cancer colorectal est, le plus souvent, la transformation maligne d’une tumeur bénigne, le polype, situé dans le gros intestin. Une transformation prenant environ 10 ans, le dépistage, associé à la coloscopie est donc primordial pour pouvoir supprimer à temps tumeurs et polypes avant qu’ils ne dégénèrent.

Avec plus de 40 000 personnes touchées par an, le cancer colorectal fait partie des cancers les plus fréquents en France (deuxième cancer chez la femme et troisième chez l’homme). En France, il est responsable de près de 17 000 décès par an et touche plus fortement les populations au-delà de 50 ans.

Même si le taux de mortalité du cancer colorectal a baissé de 21% en 20 ans grâce, notamment, à une meilleure prise en charge thérapeutique, il est essentiel de poursuivre les efforts en matière de dépistage et de détection de la maladie : près de la moitié des complications liées à ces types de cancer peuvent être évitées avec un dépistage précoce et une modification profonde des comportements des populations à risque.

A propos du service d’oncologie digestive de Gustave Roussy

Pionnier en cancérologie digestive, Gustave Roussy qui vient de réaliser la millième Chimiothérapie Hyperthermique Intra Péritonéale (CHIP) a été un des tout premiers centres au monde et le 1er centre en France à proposer à ses patients cette innovation qui consiste à administrer une chimiothérapie chauffée au niveau du péritoine pendant une opération.

Equipé du dernier robot chirurgical Da Vinci Xi, l’Institut développe la chirurgie robot-assistée dans les cancers digestifs et plus précisément dans les cancers colorectaux (cancer du rectum en particulier).

Gustave Roussy accueille chaque année plus de 3 000 patients atteints de cancer colorectal. Ils sont pris en charge par le comité de pathologie digestive qui est dirigé par le Dr David Malka. Le comité de pathologie digestive mène de nombreuses actions de recherche clinique et de recherche translationnelle.

A propos du Département de l’Innovation Thérapeutique et des Essais Précoces (DITEP)

Structure unique en France, le DITEP (Département d’Innovation Thérapeutique et Essais Précoces) incarne, développe et promeut une recherche clinique conçue comme un acte de soin et fondée sur l’accès au plus grand nombre de patients à l’innovation thérapeutique et aux essais précoces. Créé en septembre 2013 et dirigé par le Pr Jean-Charles Soria, ce département est actuellement le centre de phase I/II le plus développé en Europe.

A propos de Gustave Roussy

Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe, constitue un pôle d’expertise global contre le cancer entièrement dédié aux patients. Il réunit sur un même site 3 000 professionnels dont les missions sont le soin, la recherche et l’enseignement. – www.gustaveroussy.frwww.gustaveroussy.fr/manifeste-innovationcancer

Mars Bleu : Gustave Roussy lance une campagne de sensibilisation digitale et présente certaines avancées de la recherche | Signes et Sens - Communiqué de presse

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.