Comment magnétiser avec les mains ?

Il utilise ses mains de différentes façons, mais ce sont toujours “ les mains ” qui agissent pour apporter le soulagement attendu. Cette image a laissé croire que seules les mains pouvaient transmettre cette énergie que le patient ressent physiquement.

Avant même de définir ce qu’est le magnétisme et toutes les possibilités qu’il nous offre, examinons comment, dans la pratique, agit un magnétiseur.

Il utilise ses mains de différentes façons, mais ce sont toujours “ les mains ” qui agissent pour apporter le soulagement attendu. Cette image a laissé croire que seules les mains pouvaient transmettre cette énergie que le patient ressent physiquement.

En fait les mains sont un élément important dans la communication du magnétisme, mais il y en a d’autres que nous examinerons ensuite. Il est évident que l’impression de chaleur dégagée par une main paraît être une preuve d’une action concrète : “ il se passe quelque chose ”...

Encore faut-il utiliser correctement les mains et les doigts pour atteindre le but recherché.
La première question qui se pose est la suivante : “ faut-il être en contact avec le patient ou est-il préférable de ne pas le tou- cher ? ” On peut aussi s’interroger sur la distance qui donne le plus d’efficacité au magnétisme. Les avis des magnétiseurs diffèrent, se complètent et se contredisent, ce qui indique qu’il n’y a pas de règle absolue en la matière et que chacun doit établir ses propres règles en fonction de son expérience.

La plupart des magnétiseurs ont observé que l’action sans contact est la plus efficace et que les mains doivent être placées de dix à vingt-cinq centimètres du patient. Nous constaterons que celui qui magnétise doit connaître toutes les possibilités qui s’offrent à lui afin d’agir en fonction de son propre ressenti.

Positions et vêtements du patient
La position du patient
Elle est déterminée par le but à atteindre. Elle doit être confortable, autant que possible.

Debout : il ne doit pas être en perte d’équilibre. Ses jambes sont légèrement écartées et ses bras le long du corps. Si la séance de magnétisme dans cette position doit durer quelques minutes il est possible de le faire s’appuyer sur un meuble ou sur un dossier de chaise placé devant lui. Son visage est placé face au nord.

Assis : Il est important que son buste soit bien droit, mais sans raideur. Ses pieds doivent reposer à plat sur le sol. Il ne doit pas croiser les bras ou les mains. Visage face au nord.

Allongé : Il doit être étendu sur le dos, sur une surface assez large pour que ses bras le long de son corps n’y soient pas collés. Bras ou mains ne doivent pas être croisés. S’il le préfère, un coussin peut être placé sous sa tête qui se trouve placée au nord. S’il s’agit d’une femme dont les cheveux sont coiffés en chignon, il est indispensable qu’elle défasse cette parure pour ne pas être gênée.

Les vêtements et le confort du patient
Le patient doit être à l’aise. Des vêtements lourds ou épais sont à éviter.
Il a été reconnu que les vêtements en matière synthétique atténuent la transmission du magnétisme en le réfléchissant comme un miroir réfléchit la lumière. Lorsqu’une personne fixe son rendez-vous il est utile de lui recommander de ce vêtir de tissus en fibres naturelles : coton, laine, etc.

Un magnétiseur n’a pas à faire déshabiller ses patients mais il doit veiller à ce que rien ne soit susceptible de les gêner : cravate, ceinture trop serrée, bijoux, boucles d’oreilles, etc.

Le confort du patient est constitué par quatre conditions à respecter :
- Position confortable qu’il soit debout, assis ou allongé. Pas de contraction, pas d’équilibre instable.

- Température convenable. Nous verrons qu’en sophroma- gnétisme cette condition est absolument indispensable pour obtenir un bon état de relaxation.

- Silence ambiant. Certains bruits légers ne peuvent être évités. Il faut ne pas être troublé par une sonnerie telle que celle d’un téléphone ou tout autre bruit fort et brutal.

- L’intensité de la lumière est également à soigner. Une lumière trop vive ne constitue pas une ambiance repo- sante, pas plus qu’une obscurité trop prononcée. Il convient d’utiliser une lumière indirecte et douce. Selon la personnalité du patient, la séance peut être menée à la lumière d’une ou deux bougies.

Les différentes passes
Les passes consistent en des “ passages ” des mains en un mouvement régulier et ininterrompu au-dessus du corps du patient.

Les bras sont souples, sans aucune crispation, les doigts ne sont pas serrés sans être trop écartés. Les mains ne font que passer de différentes façons qu’il est indispensable de connaître.

Les passes sont toujours effectuées du haut du corps vers le bas, que le patient soit debout, assis ou allongé. Il est conseillé que son visage soit orienté vers le nord. S’il est allongé, il aura la tête au nord et les pieds au sud, tandis que le magnétiseur se placera de préférence à sa droite.

Pour bien utiliser les différentes passes avec la lenteur ou la rapidité qui convient selon le but poursuivi, il faut que la différence entre ces diverses passes et la façon de les exécuter soit bien marquée. Comme pour la distance qui séparera le corps du patient des mains du magnétiseur, c’est le ressenti de celui-ci qui par l’expérience déterminera le meilleur rythme.

Passes courtes
Elles vont de la tête au plexus solaire, ou du plexus solaire jusqu’aux pieds.

Passes longues
Elles vont du sommet de la tête ou du visage, jusqu’au bout des pieds.

Passes transversales
Contrairement aux précédentes, elles ne vont plus du haut du corps vers le bas, mais elles sont effectuées transversalement dans des buts très précis.

Passes lentes
Elles chargent et saturent. Elles donnent du magnétisme et renforcent celui du patient.
Elles retirent le négatif : tensions, vibrations négatives, etc.
Elles permettent donc de “ donner ou de prendre ” selon la volonté du magnétiseur.
Elles peuvent être courtes ou longues. Les passes longues sont toujours des passes lentes.
Pour pratiquer des passes lentes et longues sur un sujet forcément allongé, (par exemple au cours d’une relaxation) il convient de se positionner au niveau du milieu de son corps. Ainsi vous pourrez magnétiser de la tête jusqu’aux pieds sans risquer de perdre l’équilibre ou d’avoir à vous déplacer. Vos jambes doivent être suffisamment écartées pour vous permettre de légères flexions vers la gauche et vers la droite afin d’agir sans tension.

C’est par “ convention mentale ” que le magnétiseur, avec pra- tiquement les mêmes gestes, pourra prendre ou donner.
Quand il décide de “ donner ” pour charger et renforcer, il y pense fortement et il sentira son magnétisme sortir de ses mains dont les muscles appuieront sur l’espace qui les sépare du corps du patient.
Quand il décide de “ prendre ”, en fonction de l’état du patient, il effectue les mêmes passes, mais en pensant fortement qu’il retire ce dont il veut débarrasser le patient. Il sent alors les muscles de ses mains qui tirent et dégagent ce qui perturbe le patient. À la fin de chaque passe, il ferme ses mains et les secoue.
Nous verrons plus loin les précautions à prendre pour ne pas conserver en soi ce qui a été retiré.

Passes rapides
Elles stimulent et décongestionnent.
Ce sont principalement des passes courtes.

Intermédiaires entre les passes lentes et les passes très rapides, elles doivent être nettement différentes de l’une et de l’autre.
Elles sont utilisées sur un patient allongé ou éventuellement debout.

Passes très rapides
Elles dégagent et sont toujours des passes courtes.
Elles vont soit de la tête à la ceinture, soit de la ceinture au bout des pieds. On peut faire suivre les passes effectuées sur le haut du corps de celles effectuées de la ceinture aux pieds.
Lorsque le patient est debout, elles peuvent être effectuées devant lui ou derrière lui, le long du dos, seulement de la tête à la ceinture ou si possible un peu plus bas. On peut également les effectuer sur le côté le long des bras.

Ces passes de dégagement exigent une excellente forme physique du magnétiseur.
Les mains du magnétiseur se déplacent très près du corps, sans le toucher. Elles balayent le corps énergétiquement et le débarrassent des vibrations négatives qui s’y sont fixées.

Personnellement, avant une séance de sophromagnétisme il m’arrive souvent de pratiquer ces passes très rapides.

Je commence par les épaules. Placé derrière le sujet qui est debout, mes passes très rapides vont du cou aux épaules en des mouvements très rapides, comme si “ j’époussetais ” cette partie du corps. Ma main gauche est au-dessus de son épaule gauche et ma main droite au-dessus de son épaule droite.

Ensuite je me place devant le sujet, puis sur chacun des côtés et enfin derrière lui pour pratiquer les passes très rapides de haut en bas avec mes deux mains, dans un mouvement très large.

Autres passes transversales
Elles dégagent, stimulent et éveillent.
Nous avons cité les passes très rapides effectuées au niveau des épaules. Elles sont en fait des passes transversales.

Les autres passes transversales sont effectuées par exemple après une séance de relaxation, devant le visage du sujet qui a les yeux ouverts. Les mains du magnétiseur se croisent très rapidement une dizaine de fois au niveau des yeux du sujet.

Des passes de dégagement très efficaces sont pratiquées transversalement dans le dos du sujet qui est debout.

Très rapidement les mains d’abord écartées se rapprochent et se croisent en un mouvement très rapide qui va du haut du dos jusqu’à la ceinture. Ce mouvement doit être répété seule- ment quatre ou cinq fois. Pour le pratiquer, le magnétiseur se place à la distance convenable derrière le sujet, c’est-à-dire qu’avec ses bras légèrement pliés il a les mains à une quinzaine de centimètres du haut du dos du sujet. Il tient ses jambes légèrement écartées pour assurer son parfait équilibre.

La position du magnétiseur est importante, mais ce qui l’est tout autant, c’est sa respiration. Lorsqu’il place ses mains à la distance et à la hauteur voulues, il inspire profondément. Chaque fois qu’il fait les passes transversales dans le mouvement du haut vers le bas, il expire tout cet air. Lorsque ses mains remontent rapidement et directement, sans se croiser, il inspire à nouveau. Les passes doivent être enchaînées sans aucune interruption, au rythme rapide de la respiration avec une flexion des jambes pour bien descendre les mains à chaque mouvement transversal.

Les positions du magnétiseur
Nous avons indiqué quelles sont les conditions pour que le patient bénéficie au maximum de la séance de magnétisme : confort, température, silence et luminosité.

Ajoutons qu’en aucun cas il ne doit croiser les mains ou les jambes. Il est également important qu’il soit dans un état de réceptivité créé par le magnétiseur.

Le confort du magnétisé doit être complété par le confort du magnétiseur. Celui-ci doit agir dans un confort physique et moral. Confort moral : détendu et concentré. Confort phy- sique : créer les meilleures conditions pour ne pas se fatiguer inutilement.

Si le patient est étendu sur un lit trop bas, le magnétiseur agira dans une position courbée qui nuira à sa décontraction.

La hauteur du lit me paraît être déterminante. Personnellement j’ai aménagé un lit qui assure le confort du magnétisé et le mien. J’ai surélevé un sommier, en le posant sur un cadre. Sur ce sommier dont la largeur est de quatre- vingt-dix centimètres, j’ai placé un matelas très souple. Ainsi, lorsqu’un sujet est allongé sur ce matelas, je n’ai qu’à étendre les bras, sans me baisser, pour qu’il soit situé à mon niveau.

La tête du sujet étant au nord, je peux me positionner der- rière sa tête ainsi que devant ses pieds. Je n’utilise pas la possibilité de tourner autour de ce lit car je me place toujours à la droite du sujet lors de mes séances. Plus loin, nous verrons pour quelles raisons.

Lorsque le patient est assis (face au nord) je me place derrière lui. Ses épaules et sa tête dépassent de la hauteur du dossier de la chaise. Nous verrons avec l’exercice “ du casque ” que sa tête doit être à notre portée, sans aucune flexion.

Il arrive que des passes (ou des impositions) soient à effec- tuer dans le dos du patient. Le faire allonger sur le ventre est une position assez inconfortable car la tête doit être tournée d’un côté ou de l’autre et la position des bras n’est pas évidente.

Je préfère qu’il se place debout devant le côté du lit sur lequel il s’appuie sans aucun effort. Pour ma part je m’assieds derrière lui sur une chaise et ainsi son dos et ses reins sont à ma portée sans aucune tension ni fatigue.

 

Charly Samson

 

Si cet extrait vous a intéressé,
vous pouvez en lire plus
en cliquant sur l'icone ci-dessous 

Tout sur le magnétisme

Comment magnétiser avec les mains ? | Signes et Sens - Communiqué de presse

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.