Les enfants, la paresse et la motivation pour le travail scolaire



Je pense qu’il y a très peu d’enfants vraiment paresseux. Les enfants considérés comme paresseux sont à mon avis des enfants qui présentent des difficultés d’ordre pédagogique ou émotionnel.
points de repères

Nos lobes frontaux sont indispensables pour organiser nos pen- sées, planifier nos projets, anticiper les conséquences de nos actes, contrôler nos actes, etc. En d’autres termes, un enfant réussit ses études quand il active ses lobes frontaux.

Dans tous les cas développés ci-dessous, nous allons constater que si le milieu familial ou l’environnement scolaire est négatif, l’enfant ne croit plus en ses chances de réussite. Il ne croit plus en lui.
L’enfant est alors incapable de réfléchir. Totalement inhibé, il ne peut plus agir.

Pour réussir sa scolarité, il faut obligatoirement avoir un projet d’avenir positif, c’est-à-dire avoir la certitude que l’on a la capacité de réussir sur le plan scolaire.

>Les difficultés d’ordre pédagogique
- L’enfant a parfois du mal à comprendre le cours dispensé par un professeur. S’ennuyant en classe, il n’écoute plus l’enseignant parler. Il ne faut pas s’étonner s’il ne retient rien et n’a pas envie de travailler chez lui.
- Il peut aussi tomber sur un professeur qui ne le motive pas du tout. Il ne faut pas s’étonner si l’enfant est démotivé.
- Certains enfants n’ont aucune méthode de travail et ne savent pas comment s’y prendre pour apprendre leurs leçons ou faire leurs devoirs. Totalement dépassés, ils retardent toujours le moment de commencer les devoirs à la maison.
- Certains enfants se sentent totalement en échec scolaire. Ils sont persuadés qu’ils ne pourront jamais remonter leurs notes. Ils sont complètement découragés.

> Les difficultés d’ordre émotionnel
Elles sont de deux sortes : familiales et scolaires.
- Les difficultés liées au milieu familial
-  Les parents exigent souvent de la part de leur enfant des résultats scolaires excellents. Celui-ci peut se sentir tota- lement incapable de répondre à leurs attentes. Découragé, culpabilisé et souvent en souffrance, il ne peut plus travailler.
-  Les parents ne s’intéressent pas au travail de leur enfant. Il a donc du mal à comprendre l’intérêt de l’école.
-  Les parents sont en train de divorcer ou sont souvent en conflit. L’enfant est en instabilité émotionnelle. Il éprouve de grandes difficultés dans son travail car « sa tête est ailleurs ».
-  Un parent a des problèmes de santé. L’enfant soucieux a du mal à travailler.
-  Les parents ont un regard très négatif vis-à-vis de l’enfant. L’enfant perd toute confiance en lui et ne peut plus travailler.

>Les difficultés liées au milieu scolaire
- Un enfant peut avoir des difficultés relationnelles avec son professeur. N’aimant pas le professeur, il n’aime pas la matière enseignée par celui-ci. En opposition avec son enseignant, il n’éprouve aucune envie de travailler.
- Certains enseignants ont des propos très négatifs vis-à-vis de leurs élèves : « Vous êtes des nuls, vous n’y arriverez jamais. Maintenant c’est trop tard, vous allez irrémédiablement vers l’échec. » Ces propos découragent les élèves : « À quoi bon travailler puisque notre professeur nous dit que nous n’y arriverons jamais ? »
-  Certains enseignants sont très sévères et enlèvent tout espoir de progrès à l’enfant. Donc à quoi bon travailler ?
-  Certains enfants ne sont pas du tout motivés par le travail scolaire. En revanche, dans d’autres activités, ils débordent d’énergie.

 

Louis Musso          

                        
                                                                              

Si cet extrait vous a intéressé,
vous pouvez en lire plus
en cliquant sur l'icone ci-dessous 

Sortir de l'échec scolaire - Un guide à l'usage des parents